Elèves capoeira angola au cours de mouvements de Mathias Bom Filho au stage de Marseille

Pratique

La Capoeira se joue à deux, au centre d’une ronde de personnes pratiquant la capoeira. c’est la RODA.
Cette roda est fermée par la BATERIA. C’est le groupe de personnes qui chantent et jouent des instruments traditionnels de la capoeira.

Capoeiristes assistant au stage du groupe de Marseille. Cours de musique.
Les instruments de gauche à droite : Le récoré, l’agogo, le pandeiro, le berimbau “Viola”, le berimbau”Medio”, le berimbau”Gunga”, un autre pandeiro et enfin l’Atabaque
LES INSTRUMENTS

L’Atabaque : Il marque le rythme de la roda. Il est constant et guide l’ensemble des instruments.
Le Pandeiro : Il marque le contre-temps de l’Atabaque. Les variations sont possibles et viennent enrichir la musicalité de la roda.

Le berimbau : C’est l’instrument principal de la roda. Il yen a 3 différents.
-Le Gunga est celui qui guide les autres. Il a les on le plus grave.
-Le Medio : accompagne le Gunga. Il s’entend moins car il a un son médian. Moins grave que la Gunga et moins aïgue que la Viola. Le Medio varie et joue un rythme inverse à celui du Gunga.
-La Viola : Elle vient enrichir la mélodie en réalisant des  variations. Sa sonorité très aiguë lui permet de se distinguer des autres instruments.

L’Agogo : Elle peut être métallique ou en bois. Elle marque le rythme de base à trois temps. Elle peut faire quelques variations. Son son aiguë est un bon repaire pour les autres instruments.
Le Récoré : Il marque lui aussi le rythme de base à trois temps. Il accompagne l’Agogo. Il peut faire des variations lui aussi.

Tous Capoeiriste ou “angoleiro.a” doir savoir jouer de ces instruments, chanter en bréslien pour pouvoir prendre place au sein de la bateria et venir jouer dans la Roda.

O JOGO, LE JEU

En Capoeira Angola, nous jouons ensemble. L’autre joueur est à la fois, mon partenaire de jeu et mon adversaire. Nous devons nous répondre et entamer un dialogue en mouvements. Mais si nous devons comparer ce jeu à une conversation, alors nous sommes dans une sorte de débat. Je vais donc pointer les erreurs de l’autre. L’un des objectifs de ce jeu est d’observer l’autre et si il ne prend pas garde à ce qu’il fait et bien je dois le lui montrer, sans le blesser. c’est ainsi que l’on peut par exemple, marquer sur une de ses jambes en appui, la possibilité de le faire tomber en tirer sur son pied. si les joueurs se connaissent bien, il peut le faire tomber en faisant attention. C’est ce qu’on appelle une rasteira.

Tomber fait partie des savoirs-faire d’un bon capoeiriste. On dit que l’angoleiro.a ” tombe avec le sourire et se relève avec le diable”. Il faut savoir tomber et se relever pour répondre. Et ainsi le jeu continue. Il n’y a pas de vainqueur, ni de vaincu. Les joueurs cesse le jeu quand la Gunga les rappelle au centre de la Roda. Ils partagent une accolade et viennent s’assoir dans la Roda en laissant leur place à d’autres joueurs.

Ci-dessous, un exemple de tentative de rasteira.

error: Content is protected !!